i

Autre pays, autre Noël

Que trouve-t-on sur les tables du monde entier lors du dîner le plus attendu de l’année

Noël, la fête la plus attendue de l'année, approche, et apporte comme toujours une avalanche de lumières, de décorations, de cadeaux et surtout de la nourriture, énormément de nourriture.

Chaque année des millions de mères, de tantes et de grand-mères du monde entier préparent, farcissent, pétrissent, font frire, mettent au four et font mijoter pendant des jours, pour s’assurer que la table des 24 et 25 décembre ne soit pas seulement riche, mais parfaite dans tous les sens. En approfondissant un peu, nous découvrons que Noël est plus que lumières, nougat et cadeaux, et que derrière l’éclat de cette fête étincelante et aujourd'hui un peu homologuée, chaque pays a ses propres traditions culturelles et culinaires, fantaisistes et parfois singulières, toutes belles à découvrir.

 

En Europe, nous sommes très préparés sur les plats dédiés à Noël. L'Angleterre est la patrie de la dinde rôtie, farcie et embellie comme il se doit, suivie par des portions géantes de pudding de Noël fait avec du beurre et du brandy et rempli de fruits confits, de raisins secs et d'amandes. En fond sonore : le discours annuel de la reine Élisabeth qui donne une certaine solennité, ainsi que le coup de grâce aux convives épuisés par le repas. En Italie, en particulier dans le Sud, la veille de Noël est dédiée au poisson et des spécialités telles que le ragoût de morue salée et l'anguille frite se dressent sur des tables longues des kilomètres chargées de toute libation.

Le panettone, dessert typique de Noël préparé traditionnellement de façon artisanale à Milan,dans le beau pays est un must à toutes les latitudes, et dans les meilleurs cas, est accompagné d'une crème chaude de mascarpone ou de pistache. 

Les plats et les coutumes traditionnels peuvent également être particuliers et hors du commun, comme à Malte où l'on prépare un flan délicieux appelé Imbuljuta tal-Qastan, à base de cacao, de châtaignes, de cannelle et de zeste de mandarine, servi chaud. En Russie, par contre, les plateaux de poisson cru et d'œufs d'esturgeons sont engloutis avec de la vodka glacée (mais cela, en fait, est fait toute l'année).

 

Le Portugal se classe dans le Top 10 avec le Bolo Rei, un dessert traditionnel datant du 19ème siècle créé par la Confeteira Nacional, à l'époque la pâtisserie officielle de la monarchie portugaise. La pâte, en forme de couronne, est sucrée et moelleuse, farcie de raisins secs, d'amandes, de noix, de noisettes, et couvert de fruits avec glaçage et de cristaux de sucre. Parfois, il se cache à l'intérieur un petit prix qui porte bonheur à celui qui le trouve (en espérant ne pas se faire trop mal en mordant dedans).

La France remporte cependant le prix du plus beau gâteau de Noël : après la coquille Saint-Jacques et le homard, le foie gras et les huîtres, apparaît la Bûche de Noël. S'inspirant des formes d'une bûche de sapin, symbole de bon augure, la Bûche de Noël se compose d'un biscuit farci parfumé et recouvert de ganache au chocolat. Et selon la tradition française, à Noël les meilleurs chefs pâtissiers rivalisent dans leur version signature : que ce soit Pierre Hermé, Jean-Paul Hévin ou Sadaharu Aoki, chaque année, il n'y a que l'embarras du choix.

Et en dehors de l'Europe, fête-t-on Noël ? Bien sûr ! Et pas seulement sur la plage en Australie, avec le costume et le chapeau du Père Noël sur la tête.

 

Aux États-Unis, l'ambiance est anglo-saxonne, donc le modèle est bien précis : le rôti au centre, la famille autour. Du bœuf rôti ou du porc, au lieu de la dinde, déjà star lors du Thanksgiving Day, accompagné de sauces faites maison et de plats d'accompagnement de citrouille, de haricots ou de maïs. La variable du dîner est le dessert : il change en fonction de l'origine de la famille qui fait la fête. Nous pouvons trouver de tout : pfeffernusse (biscuits épicés typiques de l'Europe du Nord), gâteaux aux fruits confits, massepain, panettones, des gâteaux de citrouille...

La Noche Buena (la Veille de Noël) est le meilleur moment au Pérou pour réunir la famille, qui apprécie la dinde farcie de bœuf haché et d'arachides, décorée d'ananas et de cerises confites, servie avec des pommes de terre rôties. Au Costa Rica c'est moins léger : le cochon de lait, ou lechòn, tourne à la broche pendant des heures, sous les yeux de tous en sirotant le Coquito, la version portoricaine du lait de poule de Noël, qui se prépare avec du lait de noix de coco fraîche, du lait de vache condensé et une dose généreuse de rhum.

Les communautés chrétiennes ne renoncent pas aux festivités, même dans les pays où elles sont une minorité : en Inde par exemple, au lieu d'échanger des cadeaux, on célèbre cette période de l'année avec un curry de Noël et des raviolis sucrés farcis à la noix de coco et au sésame. L'Éthiopie célèbre à sa manière, le 6 Janvier : tous se préparent pour Noël pendant 40 jours, en consommant seulement un repas par jour, et plus important encore, végétalien. La nuit de Noël, pour récompenser ce sacrifice, le Doro Wat est servi, coq mariné avec du piment, de l'ail, de la cardamome et du gingembre, puis rôti, coupé en 12 parts représentant les 12 apôtres et accompagnés de 12 œufs durs qui représentent l'infini.

 

Une note d'encouragement sur le Noël le plus absurde ? Elle est décernée au Japon, bien entendu. Les Japonais, historiquement, ne célèbrent pas Noël, mais, en 1974, KFC, le géant américain de la restauration rapide, a posé les bases d'une grande opération de marketing en observant les Japonais vivant à l'étranger, qui commençaient à revenir à la maison pour les vacances avec des paniers de Noël achetés dans leurs nouveaux pays d'adoption. Pour cela, ils ont pensé à une campagne intitulée « Christmas Chicken », s'inspirant des traditions occidentales. 

Résultat : 40 ans après, les restaurants KFC, à Noël, doivent être réservés des semaines à l'avance car tout le monde est dans la file d'attente pour le Christmas Chicken, et il est désormais habituel pour les familles de célébrer le repas du 25 Décembre en grignotant des ailes de poulet frites et le Kurisumasu Keiki (une tarte moelleuse à la fraise), le tout arrosé de vin et de champagne.

Vous voulez savoir combien de calories vous venez de lire ? N'y pensez pas, à Noël on fait semblant de rien. La nourriture est synonyme de convivialité, et aucune période de l'année n'est plus appropriée pour partager des moments de bonheur avec nos proches. Nous avons toute l'année pour doser quoi manger, mais, à présent, Joyeux Noël !

Liste d’envies

Vous devez vous connecter pour ajouter des produits à votre liste d’envies.

Connexion

Veuillez sélectionner un autre produit

Comparer

Comparer les produits

Vous ne pouvez pas comparer plus de 3 produits. Veuillez retirer un produit avant d’en ajouter un autre.