L'autre voie du design

Le design autoproduit est un phénomène culturel qui se renforce de plus en plus comme le démontre également l'édition 2016 de la design week de Milan.

La redécouverte de l’amour pour le « faire », le manuel. Il ne s’agit pas seulement de la conception d’objets, mais bien d’un choix précis, d’une prise de position marquée : le design autoproduit ne signifie pas seulement concevoir un objet, mais également d’en suivre tout le cycle de réalisation et de distribution. En brisant la chaîne classique du design industriel avec ses processus sériels et les grands nombres, l’autoproduction représente un retour aux rythmes lents de la tradition artisanale avec de petites séries (voire des pièces uniques), sans l’obligation d’un investissement initial dispendieux.

Les résultats de cette philosophie de la conception sont des objets centrés sur une histoire à raconter, réalisés grâce à la redécouverte de la tradition artisanale, mais sans dédaigner pour autant les nouvelles technologies comme l’impression 3D. Des opérations innovantes ou en tous les cas s’éloignant des opérations industrielles, accessoires et compléments d’ameublement, notamment ceux destinés à l’espace cuisine, enrichis de l’aspect narratif fascinant inéluctablement attaché à l’objet. 
Se profile ainsi un parcours alternatif défini par ces créateurs appartenant à une réalité toujours plus apparente, voire en forte expansion, qui trouve sa place même dans des événements internationaux comme la Design Week de Milan, du 12 au 17 avril. Un groupe nourri de designers indépendants est en effet présent avec leurs œuvres au Fuorisalone (www.fuorisalone.it), dans les quartiers de Lambrate et Porta Romana, en passant par la Fabrique de la Vapeur.

Le design autoproduit est une philosophie de la conception dans laquelle le designer est libre d’expérimenter et d’allier le retour à l’artisanat à l’utilisation des nouvelles technologies.

Ils aiment se définir comme des créateurs qui vont à contre-courant. Par ailleurs, « seul un poisson mort suit le courant ». Tel est l’apport de FuoriSalmone, un réseau dédié à créer des connexions entre designers, entreprises, responsables de projet et opérateurs du secteur. Pour la section food design, FuoriSalmone présente « Experience Smell Tasting », de Tiziana Ponzio (@Loft FUORISALMONE - Via Massimiano 25). Il s’agit d’un parcours de recherche qui part de la décomposition des odeurs pour arriver à la réalisation du projet « OL_factory Set » : un jeu de quatre produits pour la dégustation spécialement conçu pour nous éduquer et nous accompagner dans une nouvelle expérience olfactive à table, avec pour objectif d’amplifier la perception et le souvenir de ce que nous sommes en train de déguster. Le set est composé de « Lys », « Arôme », « Nebula » et « Organe ».

post-image-02-01

Des produits qui, par leur forme et leur fonction, tirent leur inspiration du monde de la parfumerie pour induire de façon consciente une approche orientée à l’expérience olfactive.

Il s’agit seulement d’un exemple de la manière dont le design autoproduit représente, de par sa nature, un terrain fertile pour la recherche et l’expérimentation en offrant l’opportunité de créer librement sans devoir nécessairement accepter les règles traditionnelles du jeu.
Un signe clair de l’expansion du monde de l’autoproduction est la naissance et le développement, y compris en Italie, d’événements entièrement dédiés à cette tendance indépendante du design. Un exemple en est le self-made design de Source (www.sourcefirenze.it), une réalité florentine encore jeune, mais affirmée, dédiée à l’autoproduction. Chaque année, Source présente une exposition de designers internationaux. 
Pour sa quatrième édition, elle est également devenue un laboratoire permanent de formation et de créativité. Source retourne au Fuorisalone en demandant à ses designers d’aménager un loft de 150 m² dans la zone de Porta Romana (via Burlamacchi, 6). Dans la cuisine, nous trouvons notamment « Bordolese » de Studio Lievito, un vase en marbre cachant en son sein un rouleau à pâtisserie.

 

Studio Lievito se présente comme la charnière entre le passé et le futur : la redécouverte de la maîtrise artisanale pour sortir de la froideur de la production industrielle. Les productions en série finies main, les montages en série de pièces uniques pour répondre à l’urgence du Slow design tout en restant au pas avec les logiques du marché contemporain.

Pour Source encore, nous avons la carafe « Mezzaluna » de Codice. Selon la quantité de vin présent à l’intérieur, la carafe dévoile divers designs qui représentent chaque fois une nouvelle phase lunaire. Objet dont la fonctionnalité et un certain sens poétique se marient pour donner vie à une pièce artisanale unique.

post-image-02-02
post-image-02-03

Pour Source encore, nous avons la carafe « Mezzaluna » de Codice. Selon la quantité de vin présent à l’intérieur, la carafe dévoile divers designs qui représentent chaque fois une nouvelle phase lunaire. Objet dont la fonctionnalité et un certain sens poétique se marient pour donner vie à une pièce artisanale unique.

Si le couple gagnant est souvent celui du designer-artisan, il est parfois possible de trouver des variantes intéressantes sur ce thème. Nous en avons un exemple avec Amaaro!, laboratoire émilien d’autoproduction d’objets en céramique né en 2012 de la collaboration entre un architecte et une peintre. Des contextes différents qui se complètent réciproquement dans la recherche sur les formes, les matériaux et les couleurs. Struzzine d’Amaaro! est en exposition pour DIN-DESIGN IN, un événement pris en charge par le collectif de designers et architectes Promote Design (www.promotedesign.it) et organisé dans un grand espace industriel du quartier Lambrate (via Massimiano, 6).

Tasses de café et verres avec anses zoomorphes, autruche et éléphant, se combinant avec des soucoupes multiformes de terre coulée. Chaque pièce est réalisée à la main et coloriée à engobage sous cristallin en divers tonalités pastel.

post-image-02-04

Mariages professionnels, et pas seulement. L’exposition TOGETHER, l’objet pour deux dirigée par Maria Christina Hamel, implique les designers qui ont uni leur parcours personnel non seulement sur le versant professionnel, mais aussi sur celui sentimental. Des paires de designers qui conçoivent des objets spécialement pensés pour la vie à deux, réalisés par six artisans d’Albisola. L'exposition, accueillie dans la Fabrique de la Vapeur (du 2 au 17 avril), est présentée dans le cadre du Sharing Design, événement réservé au thème de l’autoproduction, de l’innovation écologique et de la conception partagée, et promu et organisé par les Milano Makers (www.milanomakers.com) en collaboration avec la Commune de Milan.

Cette année, le thème de la collaboration entre designers et les boutiques artisanales est la cuisine conçue pour les couples ; ce dernier projet, chronologiquement parlant, a pour objectif de réaliser de véritables collections thématiques d’objets autoproduits en céramique en impliquant chaque année une nouvelle Commune italienne.

post-image-02-05

Un exemple des objets exposés ? Le set d’assiettes conçu par le studio Veneziano + Team, né en 2007 de la rencontre entre Gianni Veneziano et Luciana Di Virgilio. Set d’assiettes en céramique avec décalcomanie – divisée sur trois assiettes – simulant une application d’aquarelle. 
Veneziano amène à table une pensée sur le risque pour chaque couple de tomber dans une vie commune de routine. Un objet pour la cuisine qui nous rappelle que cette possibilité est bien là et qui, pourquoi pas, nous invite à ne pas tomber dans le piège en trouvant toujours de nouveaux espaces de créativité dans notre vie quotidienne.

Lista dei desideri

Per poter aggiungere prodotti alla lista dei desideri devi essere registrato.

Accedi al tuo profilo

Veuillez sélectionner un autre produit

Comparer

Comparer les produits

Vous ne pouvez pas comparer plus de 3 produits. Veuillez retirer un produit avant d’en ajouter un autre.